Brésil : Envolée préoccupante de la dette publique

shutterstock_265898567©R.M. Nunes

Par Thuy Van Pham, Economiste Marchés Emergents chez Groupama AM.

pham-thui-van
[Thuy Van Pham, Economiste Marchés Emergents]
Au Brésil, la dynamique de la dette publique continue de se dégrader. Le stock de la dette du gouvernement général s’est élevé à 74,5 % du PIB en janvier 2018 (cf. graphique 1). Le niveau était à 74 % du PIB fin 2017 et 70 % un an auparavant. Cette envolée de la dette s’est opérée alors que le solde des administrations publiques reste largement déficitaire. Malgré une amélioration observée en janvier (le solde des comptes du gouvernement général étant devenu excédentaire sur le mois) et les efforts de consolidation engagés par les autorités depuis 2016, le déficit public cumulé est ressorti à 7,5 % du PIB (cf. graphique 2).

 

La situation est appelée à se poursuivre. Le solde primaire reste déficitaire et ne semble pas en mesure de s’améliorer dans l’immédiat alors que l’activité réelle peine à s’accélérer franchement. Sa croissance, en effet, s’est nettement modérée depuis le pic observé début 2017 (à 0,1 % au dernier trimestre 2017 par rapport au trimestre précédent alors que le rythme était ressorti à 1,3 % au premier trimestre 2017). Parallèlement, les autorités ont échoué à mettre en place les réformes qui devraient permettre l’assainissement des finances publiques. En particulier, la réforme des retraites a été abandonnée par le gouvernement Temer faute de pouvoir réunir les votes nécessaires au Parlement. Tout cela s’opère dans un contexte politique tendu où les incertitudes grandissent à l’approche des élections prévues en octobre 2018. La lenteur des réformes et l’absence de progrès pour réduire le déficit public ont d’ailleurs conduit S&P à abaisser la notation du Brésil d’un cran à BB- en janvier dernier.

Au total, sans les réformes structurelles de grande ampleur, l’état des finances publiques brésiliennes restera dégradé. Nos projections pointent vers une dette publique qui s’envolerait à 84 % en 2020 (cf. graphique 3). Si la menace immédiate de crise de la dette souveraine est relativement faible, le plus grand risque concernera l’évolution des réformes dans un contexte incertain : élections présidentielles, nom et positionnement de la nouvelle Présidence, etc. Une des conséquences serait la résurgence inflationniste, ce qui mettrait de nouveau sous pression la banque centrale qui devrait ajuster le taux SELIC à des niveaux peu favorables à la demande domestique. Enfin, en cas de crise, nous pensons que la marge de manœuvre des autorités sera étroite en raison de la lenteur de la reprise et la réaccélération de l’inflation. La seule variable d’ajustement serait alors les taux d’intérêt et le recours à un programme d’achat de la dette serait une solution pour atténuer les tensions sur le marché des taux.

 

1

 

AVERTISSEMENT

Ce document est conçu exclusivement à des fins d’information.

Groupama Asset Management et ses filiales déclinent toute responsabilité  en cas d’altération, déformation ou falsification dont ce document pourrait faire l’objet.

Les informations contenues dans ce document sont confidentielles et réservées à l’usage exclusif de ses destinataires.

Toute modification, utilisation ou diffusion non autorisée, en tout ou partie de quelque manière que ce soit est interdite.

Les informations contenues dans cette publication sont basées sur des sources que nous considérons fiables, mais nous ne garantissons pas qu’elles soient exactes, complètes, valides ou à propos.

Ce document a été établi sur la base d’informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Les analyses et conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations publiques disponibles à une date donnée et suivant l’application d’une méthodologie propre à Groupama AM. Compte tenu du caractère subjectif et indicatif de ces analyses, elles ne sauraient constituer un quelconque engagement ou garantie de Groupama AM ou un conseil en investissement personnalisé.

Ce support non contractuel ne constitue en aucun cas une recommandation, une sollicitation d’offre, ou une offre d’achat, de vente ou d’arbitrage, et ne doit en aucun cas être interprété comme tel.

Les équipes commerciales de Groupama Asset Management et ses filiales sont à votre disposition afin de vous permettre d’obtenir une recommandation personnalisée.