La finance verte, reflet de nos aspirations responsables

05/09/2018

ROAD LANDSCAPE 50714587

Découvrez le discours de Philippe Setbon, Directeur Général chez Groupama Asset Management, extrait de l'Opinion.

setbon-philippe_img5827-1light
[Philippe Setbon, Directeur Général chez Groupama AM]
En 2014, le rapport du GIEC (Groupement d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) disait : « SI elles se poursuivent, les émissions de gaz à effet de serre provoqueront un réchauffement supplémentaire et une modification durable de toutes les composantes du système climatique, ce qui augmentera la probabilité de conséquences graves, généralisées et irréversibles pour les populations et l’écosystème ».

Je cite Ban Ki-moon toujours en 2014 et le Président Macron en 2017 : « Il n’y a pas de plan B parce qu’il n’y a pas de planète B« .

Donc, je laisse aux philosophes le soin de déterminer si l’homme a une conscience verte et ainsi des aspirations responsables mais il est certain que la prise de conscience est désormais forte car nous sommes dans le dur ! Une illustration : les catastrophes climatiques de 2016 en France ont généré des pertes dans les récoltes équivalentes à ce qui ne devrait arriver qu’une fois tous les deux cents ans en termes de probabilité !

L’impulsion donnée par la COP 21 et l’article 173 qui en a découlé en France, mais aussi le risque de perte de valeur patrimoniale du fait du dérèglement climatique impose désormais aux financiers de prendre en compte cette dimension dans leurs investissements et leur gestion des actifs.  Je vous renvoie d’ailleurs à un excellent article écrit par Claire Chavez et Patrick Viallanex sur l’urgence climatique le 20 juin dernier.

Une fois le constat dressé, les difficultés commencent. En effet, la finance « verte » est pour l’instant encore peu facile à mettre en œuvre. Pourquoi ? Il y a très peu d’actifs verts, le marché est étroit.

On pourrait illustrer ce point avec les émissions de green bonds au niveau mondial. Les montants sont en croissance mais bien sûr insuffisants.

Il y a donc un risque réel de surévaluation et donc de rentabilité très faible voire négative. Ce serait le pire service rendu à la cause environnementale. Il y a urgence à élargir les supports  » verts  » investissables.

Pour cette raison, il convient d’élargir les supports représentatifs de cette finance vertueuse. Ce qui compte réellement, c’est la construction de portefeuilles d’actifs diversifiés qui soient compatibles avec une trajectoire 2°C.

Pour pouvoir construire ces portefeuilles « verts » ou « 2°C compatibles » de façon durable, nous ne devons pas considérer que le climat ou l’environnement, et nous devons investir dans l’analyse extra-financière afin d’étudier finement les perspectives des entreprises, des banques et des Etats.

Le monde d’aujourd’hui fait face à une triple transition : énergétique (du fossile au renouvelable), démographique (vieillissement et inégalités) et numérique (big data et intelligence artificielle).

Nous sommes convaincus que c’est seulement la prise en compte de ces trois dimensions qui apportera les réponses soutenables dans le temps pour les populations. Les outils traditionnels comme l’analyse financière ne sont plus suffisants pour comprendre les conséquences de ces mutations. C’est donc bien le triptyque E, S et G qui doit être considéré si l’on veut que E pour environnement et climat soit un succès de long terme.

Nous avons l’ambition de repositionner la finance autour d’une finance responsable et durable. Non pas parce que la finance a plus fauté que d’autres industries dans la passé, mais parce que ce choix stratégique du traitement simultané du E, du S et du G est la seule manière :

  • d’assurer la protection des patrimoines à court et moyen terme,
  • de générer la croissance économique nécessaire aux équilibres géopolitiques,
  • et de préparer la planète pour les générations futures.

On l’aura compris, c’est dans l’intérêt même des investisseurs mais aussi des professions financières ; l’ESG représente une bonne gestion des risques mais aussi de formidables opportunités d’investissements.

Les épargnants veulent désormais :

  • donner du sens à leur épargne parce qu’ils ont bien sûr compris ces modifications de leur environnement global,
  • encore et toujours de la performance financière car chacun a des projets à court ou moyen terme et souhaite pouvoir y répondre. Mais, associée à la recherche d’impact social et environnemental, surtout avec l’arrivée prochaine des millenials comme épargnants

Notre challenge, à nous « Gestionnaires d’Actifs », est donc de proposer des solutions d’épargne performantes qui vont conjuguer :

  • le couple rendement risques comme auparavant,
  • mais aussi les mesures d’impact grâce à une analyse fine en amont et un reporting exhaustif sur ces mesures en aval.

Nous ouvrons une période passionnante où nous devons tous être acteurs  de ces trois transitions majeures en cours car le changement,  nous l’avons compris, ne viendra pas des dirigeants des grandes puissances économiques.

Oui, nous sommes tous  Responsables !

 

AVERTISSEMENT

Ce document est conçu exclusivement à des fins d’information.

Groupama Asset Management et ses filiales déclinent toute responsabilité en cas d’altération, déformation ou falsification dont ce document pourrait faire l’objet.

Les informations contenues dans ce document sont confidentielles et réservées à l’usage exclusif de ses destinataires.

Toute modification, utilisation ou diffusion non autorisée, en tout ou partie de quelque manière que ce soit est interdite.

Les informations contenues dans cette publication sont basées sur des sources que nous considérons fiables, mais nous ne garantissons pas qu’elles soient exactes, complètes, valides ou à propos.

Ce document a été établi sur la base d’informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Les analyses et conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations publiques disponibles à une date donnée et suivant l’application d’une méthodologie propre à Groupama AM. Compte tenu du caractère subjectif et indicatif de ces analyses, elles ne sauraient constituer un quelconque engagement ou garantie de Groupama AM ou un conseil en investissement personnalisé.

Ce support non contractuel ne constitue en aucun cas une recommandation, une sollicitation d’offre, ou une offre d’achat, de vente ou d’arbitrage, et ne doit en aucun cas être interprété comme tel.

Les équipes commerciales de Groupama Asset Management et ses filiales sont à votre disposition afin de vous permettre d’obtenir une recommandation personnalisée.