Podcast : L’épidémie aura un impact « violent » sur l’activité économique

27/03/2020

shutterstock_343090580

A ce stade, le chiffrage de l'impact économique de l'épidémie est très complexe pour deux raisons : c'est à la fois un événement inédit et comportant encore trop d'incertitudes notamment sur sa durée. Cependant, nous avons tenté l'exercice, non pas en examinant l'impact pays par pays, mais en simulant le choc sur une économie simplifiée "type" développée.

DSC_3993-1-1-278×300
[Christophe Morel, Chef Economiste]

Ce qu’il faut retenir :

  • lorsque le confinement démarre en mars, le gel d’une partie de l’activité peut conduire à des chiffres de croissance négatifs dès le premier trimestre ;
  • la chute de l’activité est abyssale au deuxième trimestre correspondant à des baisses de PIB entre 10 et 15%, soit 50% en rythme annualisé ;
  • même avec un redémarrage progressif de l’activité, les rythmes de croissance peuvent rapidement être à deux chiffres en seconde partie d’année.

Au final, cette période « exceptionnelle » suppose une analyse économique « en dehors du cadre habituel ». Nos simulations suggèrent un choc violent sur l’activité et des baisses en moyenne en 2020 comprises entre -5% et -10% plutôt qu’entre 0 et -5% .

Dit autrement, les prévisions des économistes et des gouvernements nous semblent encore trop prudentes. Au fur et à mesure des chiffres, il faut donc s’attendre à des plans de soutien budgétaire plus importants que ceux annoncés jusqu’à présent, en Europe à tout le moins.

 

DISCLAIMER

Cet enregistrement est réalisé par Groupama AM et est fourni à titre d’information uniquement.

Tout investisseur doit prendre connaissance avant tout investissement du prospectus ou du document d’information clé de l’investisseur (DICI) de l’OPC. Ces documents peuvent être obtenus gratuitement sur simple demande auprès de Groupama AM ou sur www.groupama-am.com.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.