Chine : l’indépendance technologique au cœur du 14e plan quinquennal, l’environnement moins prioritaire

shutterstock_29819545©Gang Liu

Le 14e plan quinquennal (2021-2025) revêt une importance majeure, Il marque le premier quinquennal du programme de développement à deux étapes élaboré par Xi Jinping en octobre 2017.

Thuy Van Pham
[Thuy Van Pham, Economiste]
Le 14e plan quinquennal (2021-2025) a été ratifié à l’issue des deux sessions parlementaires en mars dernier. Il revêt une importance majeure. D’un point de vue politique, celui-ci marque le premier quinquennat du programme de développement à deux étapes élaboré par Xi Jinping en octobre 2017. La première étape, allant de 2021 à 2035, consiste à réaliser les grandes lignes du projet de la modernisation et permet à la Chine de se hisser  » au premier rang des pays novateurs « . La seconde étape du chantier devrait achever en 2050 avec la réalisation du  » rêve  » présidentiel : le développement de la Chine comme un grand pays socialiste moderne à la fois  » prospère, fort, démocratique, avancé, harmonieux et beau « . D’un point de vue économique, le nouveau plan s’inscrit dans l’urgence de corriger les faiblesses structurelles face à un environnement mouvant. Ces dernières incluent notamment la dépendance du pays vis-à-vis des fournisseurs étrangers et la montée des déséquilibres domestiques tels que le ralentissement tendanciel de la productivité, le vieillissement démographique, la persistance des inégalités ou encore la montée de l’épargne des ménages.

 

Dans ce contexte, le 14e plan survient et mélange  » continuité et nouveautés « . Continuité toute d’abord puisqu’il poursuit l’objectif visant à achever la transition de l’économie vers un modèle de croissance plus  » qualitative « . Cette dernière s’opérera à travers cinq axes stratégiques. Ils sont relativement identiques à ceux identifiés dans le 13e plan : l’innovation, l’ouverture, le développement inclusif, l’écologie verte et la sécurité alimentaire et énergétique (cf. graphique 1). Nouveautés ensuite puisque le nouveau plan doit prendre en compte l’urgence de procéder à des changements fondamentaux pour faire face aux incertitudes. Nous en avons identifié quatre notamment :

chine 1

  • L’objectif de croissance pour 2021-2025 n’a pas été communiqué. Il était fixé à  » au-dessus de 6,5% en moyenne  » dans le 13e plan et 7 % pour le 12e. Les autorités ont en revanche affiché comme objectif  » le maintien de la croissance à l’intérieur d’une fourchette raisonnable « . Elles proposeront  » un objectif de croissance en fonction de l’évolution chaque année  » ;
  • Le 14e plan met davantage l’accent sur la qualité de croissance via le développement des innovations technologiques et la promotion de la croissance inclusive (c’est-à-dire l’amélioration du niveau de vie et du bien-être). En particulier, avec 6 cibles sur 25 contre 2 dans le 13e plan (cf. tableau ci-dessous), l’innovation devient le pilier central du nouveau plan stratégique pour faire face au protectionnisme américain et la dépendance excessive du pays vis-à-vis de l’approvisionnement depuis l’étranger de certains semi-conducteurs et autres composants cruciaux. Quant à la promotion de la croissance inclusive, le nouveau plan inclut 7 objectifs comme dans le précédent plan. Elle passera par : 1/ la réduction des inégalités entre provinces grâce à l’assouplissement du système Hukou et la coordination du développement régional ; et 2/ la baisse de l’épargne des ménages via l’amélioration du développement du marché du travail (et donc l’augmentation régulière du revenu disponible) et du système de protection sociale (retraite, sécurité sociale) ;
  • Le pilier  » environnement  » devient en conséquence moins prioritaire. Le gouvernement consacre cette fois seulement 6 points sur 25 à l’environnement contre 10 au cours de la période 2016-2020. La modification de l’intitulé du pilier, de  » Ressources et Environnement  » à  » Ecologie verte  » suggère que la priorité sera concentrée sur la réduction des émissions de CO² et la décarbonisation ;
  • La  » sécurité  » devient un axe stratégique à part entière. L’objectif sera de réduire la dépendance du pays vis-à-vis des sources alimentaires et énergétiques étrangères.

 

De notre point de vue, en ne fixant pas d’objectif de croissance, les autorités se donne plus de flexibilité face aux incertitudes. Elles semblent également vouloir se concentrer sur les faiblesses structurelles au cours des cinq prochaines années : la dépendance technologique, alimentaire et énergétique, la faiblesse et l’inégalité des niveaux de vie et du bien-être, et la décarbonisation. Les 25 objectifs fixés sont raisonnables et atteignables. In fine, la problématique principale sera celle du financement de ce programme stratégique de long terme dans un contexte où la stabilité financière du pays est menacée par la remontée de la dette au lendemain de la crise sanitaire du Covid-19.

chine 2

DISCLAIMER

Ce document est conçu exclusivement à des fins d’information.

 Groupama Asset Management et ses filiales déclinent toute responsabilité en cas d’altération, déformation ou falsification dont ce document pourrait faire l’objet.

Toute modification, utilisation ou diffusion non autorisée, en tout ou partie de quelque manière que ce soit est interdite.

Les informations contenues dans cette publication sont basées sur des sources que nous considérons fiables, mais nous ne garantissons pas qu’elles soient exactes, complètes, valides ou à propos.

Les analyses et conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante. Elles ne sauraient constituer un quelconque engagement ou garantie de Groupama AM ou un conseil en investissement personnalisé.

Ce support non contractuel ne constitue en aucun cas une recommandation, une sollicitation d’offre, ou une offre d’achat, de vente ou d’arbitrage, et ne doit en aucun cas être interprété comme tel.