Eurosif, « European Sustainable Investment Forum », a publié lundi sa septième étude sur les chiffres du marché de l’investissement responsable

shutterstock_422935975

Réseau européen chargé de promouvoir la finance durable, Eurosif actualise cette étude tous les deux ans. Elle agrège les actifs gérés selon sept stratégies différentes : best-in-class, fonds thématique, impact investing, intégration ESG, approches normatives, exclusions, vote et engagement.

L’étude d’Eurosif sur le marché de la finance durable est l’étude qui sert de référence pour évaluer la taille de ce marché au niveau européen. Elle repose sur des enquêtes menées directement auprès des investisseurs par les associations de place nationales. Pour la France, elle s’appuie sur les données collectées par l’AFG, l’Association Française de Gestion, et le FIR, Forum pour l’Investissement Responsable, auprès de 48 sociétés de gestion et publiées en septembre 2018.

EUROSIF

Les principales conclusions de l’enquête sont les suivantes :

  • Hausse significative des pratiques d’intégration ESG : ces pratiques pouvant refléter des niveaux d’exigences très différents, Eurosif met en exergue le risque de greenwashing et appelle le législateur européen à se saisir du sujet.
  • Baisse des pratiques d’approches normatives : stratégies souvent transverses, c’est-à-dire apliquées à une part importante des actifs d’un même investisseur, la tendance est aujourd’hui de limiter ces approches à certaines stratégies déterminées.
  • Stagnation des fonds thématiques : cela peut sembler paradoxal alors que ces stratégies sont mises en avant par de nombreux investisseurs, notamment pour répondre à une demande des particuliers.

Les résultats de l’enquête sont déclinés par pays, dont la France. Un tiers de l’augmentation des pratiques l’intégration ESG se fait sur la marché français.

Consulter l’étude Eurosif