Marchés obligataires, le paradoxe de la liquidité : ‘Back to basics’ : des solutions de gestion rigoureuses pour contenir le risque d’illiquidité en portefeuille

shutterstock_96037271gkuna

Au vu des distorsions affectant la liquidité, les investisseurs institutionnels risquent de subir la structure du marché : celle-ci est déformée par l'intervention des banques centrales, par le changement des comportements d'investissement et par les dangers d'un marché obligataire secondaire peu liquide. Des précautions de gestion somme toute assez basiques, entre anticipation, mesure et maîtrise du risque d'illiquidité s'imposent.

Les bilans des investisseurs assurantiels sont de plus en plus sensibles à la liquidité. Le risque est de subir la structure du marché, déformée par l’intervention des banques centrales, par le changement des comportements d’investissement compte tenu des taux bas et par les dangers d’un marché secondaire peu liquide.

_DSC0975-1

Parmi les dangers : la compression des primes d'émissions et la tentation de se diriger vers des actifs plus risqués ou moins liquides, une granularisation(1) des positions et un accès dégradé au marché secondaire, pour un accroissement global du risque en portefeuille.

Julien Mathieu
Gérant assurantiel

Il est crucial de se prémunir contre certains scénarios de stress, en mettant en place des précautions somme toute assez basiques. Il s’agit pour l’équipe de gestion d’anticiper la matérialisation du risque en particulier concernant les émetteurs. La vigilance doit porter, via l’analyse fondamentale financière et extra-financière, sur l’identification des émetteurs les plus complexes à céder en phase de stress, mais aussi sur la recommandation « crédit » à court et long termes en face du risque financier. « L’enjeu est de céder l’actif avant que le risque ne se manifeste et en dehors des fenêtres de réduction de la liquidité de marché. Il faut pour cela savoir déceler la fébrilité potentielle de l’émetteur, qu’il s’agisse de métriques fondamentales, de positionnement sectoriel, de risques réputationnel, de gouvernance ou de transition énergétique ».

 

Une gestion d’actifs assurantielle « affutée », face à la nouvelle réalité de la liquidité

La mesure efficace de la liquidité à l’échelle du portefeuille est aussi essentielle : analyser la taille des souches obligataires, les volumes traités, la notation et la maturité des titres en portefeuille, etc… pour isoler les positions faiblement liquides et tester des hypothèses « d’écoulement » en cas de cession. Il ne faut ne pas négliger non plus la maîtrise de l’exécution, qui passe par une connaissance approfondie des flux acheteurs/vendeurs sur le marché et une capacité à structurer les ordres, en fonction des intérêts de chacun des acteurs du marché.

Enfin, au-delà de ces précautions défensives, la raréfaction de la liquidité peut aussi faire figure d’opportunité. A titre d’exemple, il peut être judicieux pour un assureur de procéder à un prêt de titre obligataire contre action, auprès d’une banque. Ce transfert temporaire de titres liquides (dette souveraine) de l’assureur vers la banque  ̶  les banques ont besoin de ces titres pour améliorer leur ratio prudentiel  ̶  peut permettre à l’assureur de capter une rémunération sur une marge fixe sans modification de son bilan. Dans un monde sans rendement, la liquidité est bel et bien le défi contemporain des investisseurs !

 

(1) Dispersion, éparpillement des positions

 

DISCLAIMER

Ce document est conçu exclusivement à des fins d’information.

Groupama Asset Management et ses filiales déclinent toute responsabilité en cas d’altération, déformation ou falsification dont ce document pourrait faire l’objet.

Toute modification, utilisation ou diffusion non autorisée, en tout ou partie de quelque manière que ce soit est interdite.

Les informations contenues dans cette publication sont basées sur des sources que nous considérons fiables, mais nous ne garantissons pas qu’elles soient exactes, complètes, valides ou à propos.

Ce document a été établi sur la base d’informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Les analyses et conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations publiques disponibles à une date donnée et suivant l’application d’une méthodologie propre à Groupama AM. Compte tenu du caractère subjectif et indicatif de ces analyses, elles ne sauraient constituer un quelconque engagement ou garantie de Groupama AM ou un conseil en investissement personnalisé.

Ce support non contractuel ne constitue en aucun cas une recommandation, une sollicitation d’offre, ou une offre d’achat, de vente ou d’arbitrage, et ne doit en aucun cas être interprété comme tel.

Les équipes commerciales de Groupama Asset Management et ses filiales sont à votre disposition afin de vous permettre d’obtenir une recommandation personnalisée.

Edité par Groupama Asset Management – Siège social : 25 rue de la ville l’Evêque, 75008 Paris – Site web : www.groupama-am.com