Pays émergents : la lenteur des programmes de vaccination et les marges de manœuvre réduites des autorités retardent une reprise économique complète

12/07/2021

Immagine1

Au total, la reprise va se poursuivre à un rythme plus modéré et surtout dispersée. Outre les difficultés liées aux tensions d'approvisionnement, elle sera soumise à des contraintes spécifiques qui empêchent la demande domestique de relayer le moteur externe. De ce fait, les pays émergents accuseront des retards dans la reprise économique. Contrairement au passé, celle-ci proviendra davantage des pays développés, plus en avance en matière de politique vaccinale et de soutien (budgétaire et monétaire) à l'activité.

Thuy Van Pham
[Thuy Van Pham, Economiste Marchés Emergents]
La reprise des économies émergentes (EMs) continue de se modérer en juin 2021. Bien qu’il reste supérieur à 50 pour le douzième mois consécutif, l’indice PMI du secteur manufacturier agrégé a de nouveau reculé (cf. graphique 1). Le rythme de croissance s’est ralenti particulièrement en Asie où le pic du rebond industriel est passé (cf. graphique 2). Dans les pays exportateurs tels que la Chine, Taiwan, Hong Kong, Singapour, certains indices ont baissé mais restent au-dessus de la ligne des 50. Les industriels interrogés ont fait, en effet, état de graves perturbations de la chaîne d’approvisionnement qui commencent à avoir un impact sur l’activité. Dans les autres pays de la région (Thaïlande, Inde, Vietnam et Malaisie), les enquêtes se sont dégradées, pointant une récession manufacturière sous l’effet des restrictions sanitaires mises en place pour endiguer la nouvelle vague épidémique. Dans les autres zones émergentes, l’environnement est mieux orienté en revanche. Les pays d’Europe centrale (Pologne, République tchèque et Hongrie) jouissent de la réouverture de leur économie ainsi que celle des membres de la zone euro. Du côté des pays d’Amérique latine, la hausse des cours mondiaux des matières premières semble jouer un rôle bénéfique dans la résilience de l’activité manufacturière malgré des conditions sanitaires encore difficiles.

Pays émergents : indice PMI manufacturier

Pays émergents : nombre de personnes totalement vaccinées pour 100 habitants (au 7 juillet 2021)

La décélération dispersée de la croissance au sein de l’univers  » émergent  » est en ligne avec notre scénario. Elle est appelée à se poursuivre. Certes, les besoins de rattrapage sont encore importants avec la réouverture des économies et la demande en provenance des pays développés reste élevée. Toutefois, les difficultés d’approvisionnement vont peser sur l’appareil productif. Surtout, les moteurs domestiques peineront à prendre du relais en raison de deux facteurs :

1/ Des retards pris dans la campagne de vaccination défavorables à l’Asie : la dégradation de la situation sanitaire liée au développement des variants constitue une des contraintes majeures à la reprise des EMs, notamment en Asie. Dans cette région, l’immunité collective est encore très faible en raison de la stratégie  » zéro Covid  » adoptée par les gouvernements locaux alors que les progrès de vaccination sont limités à ce jour. En effet, à l’exception de la Chine et Singapour, les pays émergents d’Asie sont très en retard en termes de taux de vaccinations (cf. graphique 3). En conséquence, la croissance asiatique restera freinée par les mesures de prévention sanitaire défavorables à la reprise de l’activité des services et de la consommation privée.

Pays émergents : PMI manufacturier

2/ Des marges de manœuvre limitées des autorités en Europe et en Amérique latine : alors que le soutien budgétaire est réduit, deux risques limitent le champ d’action du côté de la politique monétaire des banques centrales :

  • Risque inflationniste : l’inflation continue de s’accélérer dans la plupart des EMs, notamment des pays d’Europe centrale et orientale (Turquie, Russie, Hongrie) et d’Amérique latine (Brésil, Mexique, Chili, Colombie et Pérou). La dynamique est d’autant plus inquiétante que certaines banques centrales avaient avancé ou accentué le cycle de durcissement de la politique monétaire (cf. graphique 4). C’est le cas en Turquie, en Russie, au Brésil et depuis le début de l’été en Hongrie, République tchèque et au Mexique. D’autres vont probablement suivre le pas au second trimestre (Pologne, Chili, Colombie). La remontée des taux d’intérêt va mettre un frein à la reprise du crédit et de l’investissement des entreprises dans ces économies alors que la situation sanitaire n’est pas totalement stabilisée.

Pays émergents : variation des taux d'intérêt directeurs (niveau juin 2021 / octobre 2020 en %)

  • Risque financier : au cours des derniers mois, la plupart des devises émergentes se sont raffermies vis-à-vis du dollar. Le mouvement s’opère alors que les vulnérabilités financières persistent, notamment en termes d’inflation, de déséquilibres externes ou budgétaires. C’est le cas de la Turquie, le Brésil, l’Inde ou l’Afrique du Sud. Une correction brutale n’est donc pas à exclure, d’autant plus que les éléments déclencheurs sont nombreux, notamment une remontée des taux américains en cas de mauvaise communication et/ou de mauvaise gestion de l’inflation de la Fed.

Au total, la reprise va se poursuivre à un rythme plus modéré et surtout dispersée. Outre les difficultés liées aux tensions d’approvisionnement, elle sera soumise à des contraintes spécifiques qui empêchent la demande domestique de relayer le moteur externe. De ce fait, les pays émergents accuseront des retards dans la reprise économique. Contrairement au passé, celle-ci proviendra davantage des pays développés, plus en avance en matière de politique vaccinale et de soutien (budgétaire et monétaire) à l’activité.

 

DISCLAIMER

Ce document est conçu exclusivement à des fins d’information.

 Groupama Asset Management et ses filiales déclinent toute responsabilité en cas d’altération, déformation ou falsification dont ce document pourrait faire l’objet.

Toute modification, utilisation ou diffusion non autorisée, en tout ou partie de quelque manière que ce soit est interdite.

Les informations contenues dans cette publication sont basées sur des sources que nous considérons fiables, mais nous ne garantissons pas qu’elles soient exactes, complètes, valides ou à propos.

Ce document a été établi sur la base d’informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Les analyses et conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations publiques disponibles à une date donnée et suivant l’application d’une méthodologie propre à Groupama AM. Compte tenu du caractère subjectif et indicatif de ces analyses, elles ne sauraient constituer un quelconque engagement ou garantie de Groupama AM ou un conseil en investissement personnalisé.

Ce support non contractuel ne constitue en aucun cas une recommandation, une sollicitation d’offre, ou une offre d’achat, de vente ou d’arbitrage, et ne doit en aucun cas être interprété comme tel.

Les équipes commerciales de Groupama Asset Management et ses filiales sont à votre disposition afin de vous permettre d’obtenir une recommandation personnalisée